Articles avec le tag ‘Dessin’

Deux trois choses en passant

Oui, deux trois choses que j’ai oublié de te dire. Pas grand chose en fait, mais quand même deux d’entre elles méritent le petit mot duquel je suis en train de me fendre. Tout d’abord, je suis allé voir trois expos, tellement insipides qu’il y avait même pas matière pour en dire du mal. Alors, en garçon élégant, je n’ai rien dit. Par contre, je suis passé, et c’était il y a un bon moment à la libraire Bachi-Bouzouk où  Alexis Horellou proposait un voyage peint au cœur des vignettes de sa dernière BD. J’en ai bien sur oublié le titre, mais en matière de talent de dessinateur, le garçon tient sa place et j’ai passé un moment agréable à me perdre dans les détails de ses scènes. Puis, au rayon des bonnes surprises, il y eut la « Castle galeries » de Manchester, où Alex Echo exposait quelques toiles. Certaines représentaient des paysages marins, couchers de soleil, petite houle… Tu peux penser que ça sent le cliché à plein nez, mais attends la suite. La technique qu’il utilise est simplement incroyable, c’est une sorte d’impressionnisme mais au lieu de touches de peinture, il, il, il fait un truc que je suis incapable de décrire. J’imagine qu’il met plusieurs couches de peintures différentes sur sa toile, puis, qu’avec une aiguille, il fait de légers mouvements circulaires, comme s’il faisait des motifs style « paisley » sur toute sa toile. Le tout donne un rendu incroyable. L’eau à un volume presque vivant, la lumière du soleil couchant ondule sur la crête des vagues, comme dans la vraie vie un soir sur l’eau calme d’un port. Je ne sais pas pourquoi, mais il couvre ses toiles d’un épais verni brillant qui nécessite un éclairage impeccable.

Ex’Pau – Yolande Olé ! ! !

Des taureaux, des taureaux, des taureaux. Non, pardon, des têtes de taureaux, des têtes de taureaux, des têtes de taureaux… De combat ! Du camarguais ! D’un bel élevage, qui, au dire des aficionados, préserve l’espèce de l’extinction grâce aux corridas. Et si on leur rendait leur espace naturel, vous croyez qu’ils survivraient ?

Admirer une belle bête, quelle qu’elle soit, pourvu qu’elle soit issue d’un élevage, ne revient-il pas à se pignoler sur la tellement « déiste » nécessité de l’homme sur cette terre, sur le fait qu’il soit indispensable pour améliorer les choses ? Cela ne revient il pas au fond à se flatter soi-même ? Soi -même qui appartenons aussi à cette bienfaisante humanité.

Je ne connais pas le reste des travaux de Yolande Agullo, mais le style m’a séduit et je me dis que si le sujet avait été autre, j’aurais probablement apprécié l’expo.
Lire la suite »

Ex’Pau – Gibet split

Il y a du religieux dans ces sérigraphies, non pas de l’iconographie, mais, certains arcs-boutants ne sont pas sans rappeler ceux des églises gothiques. On y trouve aussi de l’Inca, ou du Maya, enfin, de l’Indien du temps où l’Amérique appartenait à ses peuples endémiques. Il y a de la bande-dessinée,  dans les expressions, les ombres, les compositions, les mises en scène.

Bref, il y a Gibet à Shop Empire qui expose deux types de compositions très différentes, les sérigraphies dont j’ai parlées ci-dessus, et des toiles réalisées à l’aérosol, et bien que les tons utilisés en soient très éloignés, elles n’ont pas été sans me rappeler le papier qu’utilisait ma maman pour la réalisation de la crèche sous le sapin de noël.

Si quelqu’un voyait dans tout ça une quelconque référence, même minime, infime, ou même plus petite encore, à Fluide Glacial, qu’il se fasse connaitre. (Je me sentirais moins seul !)

Lire la suite »

Escout en fête

Vous comprenez bien que c’est immanquable comme photo, en tout cas, c’est ce que je me suis dit en passant devant ! Et, je suis aussi certain d’être le premier à la publier. :)

Jacques Roux habille le Show Case

Jacques Roux investit donc le Show case (une fois le titre lu, ce n’est plus vraiment une surprise) et en pare les murs de compostions colorées. A vrai dire, je n’ai pas vraiment trouvé de charme à cette série. Passée la première surprise de  son usage de la couleur, le soufflet est retombé. Du coup, ça m’a laissé un peu de temps et, je me suis lancé dans une petite, je dis bien petite, rétrospective de ces dernières expositions et il en résulte que le glauque, le triste, le morbide, le sombre, l’inquiétant, le déprimant ne sont pas trop à l’honneur, parfois, une toile par ci par là, mais pas une vraie mise à l’honneur.

Un peu de plus de diversité, ne serait pas pour me déplaire. Sinon, je peux bien-sûr regarder le JT un peu plus souvent,  pour le glauque, ils maitrisent, mais je n’aime pas les soins palliatifs et le ressort  qu’ils utilisent est toujours le même, ça manque aussi de diversité !

J’ai pris une photo de détail d’un tableau pour illustrer le billet. Vous pourrez trouver quelques portraits ici.

Ex’Pau – Hugo RUALES HUALCA -> Féérique !


Il expose aussi dans le cadre du festival culture América au palais Beaumont. Ces quelques civilités posées, sachez que j’ai trouvé dans son dessin, une chose curieuse. Bon nombre de ses personnages, même les mises en scènes, pourraient faire peur, mais ce n’est jamais le cas. Pourtant, tout est là pour faire régner l’angoisse et c’est de la joie de vivre qui s’épanche de toutes ses toiles. Étrangement, je n’ai pas pu m’empêcher de corréler le sentiment qui m’anime au sujet de cette expo, aux fêtes que font les mexicains pour « dia de los muertos ».

Qques photos
Truc rouche et noarBochicosCox&puceronsAraignéeAbeilleNuancier de vert
A voir aussi