Archives d’un auteur

Ex’Pau – Gibet split

Il y a du religieux dans ces sérigraphies, non pas de l’iconographie, mais, certains arcs-boutants ne sont pas sans rappeler ceux des églises gothiques. On y trouve aussi de l’Inca, ou du Maya, enfin, de l’Indien du temps où l’Amérique appartenait à ses peuples endémiques. Il y a de la bande-dessinée,  dans les expressions, les ombres, les compositions, les mises en scène.

Bref, il y a Gibet à Shop Empire qui expose deux types de compositions très différentes, les sérigraphies dont j’ai parlées ci-dessus, et des toiles réalisées à l’aérosol, et bien que les tons utilisés en soient très éloignés, elles n’ont pas été sans me rappeler le papier qu’utilisait ma maman pour la réalisation de la crèche sous le sapin de noël.

Si quelqu’un voyait dans tout ça une quelconque référence, même minime, infime, ou même plus petite encore, à Fluide Glacial, qu’il se fasse connaitre. (Je me sentirais moins seul !)

Lire la suite »

Out – Mano qui y croyait

Quelque part, je suis certain qu’il y croit plus. Mais toi ? Toi ? T’y crois toi en l’amour ? Non, évidement, pas le moins du monde. Tu sais que c’est vrai, alors, pas besoin de croire, juste de t’écouter. Mano quitte le devant de la p’tite scène de LesBlogsCestMal pour aller faire un petit Tourtour où lui plaira et laisser place à -M- qui ouvre le bal d’une nouvelle série de chansons toutes traitant du même thème.

Ex’Pau – Gilles Banet

Attention, le petit oiseau est sorti ! Gilles Banet expose ses photos au Show Case. Il n’y a pas si longtemps je me faisais la remarque de la quasi absence de glauque dans les expos. Et, cette fois ci, en sortant du café, je me disais que, comme pour un disque, une expo devait avoir une taille minimale pour plonger le flaneur dans le toujours complexe univers du créateur. Sortir des cafés ça me fait grandement réfléchir !

Une petite girouette prise au hasard du net, comme une allégorie de la photo qui m’a le plus marqué dans cette expo.

Out – Les feignasses

L’apologie du rien faire s’achève en même temps que se termine cette semaine. Profitez bien de ces quelques jours pour mettre en œuvre ce que vous aurais pu tiré de cette série de chansons. Enfin, si ce n’est pas trop pour vous…
La sieste illustrée le tableau de Van Gogh à un pouvoir soporifique non négligeable non ? D’ailleurs pourquoi associe t’on si souvent la sieste à la paresse alors qu’en général, une sieste et ça repart ! Tant qu’on est dans la séance des remarques, vous remarquerez (je vous le disais à l’instant même) que de la jeune femme se dégage un petit quelque chose qui n’inspire pas vraiment la quiétude nécessaire à échapper par un petit somme à un quotidien devenu trop pesant…


Marc Antoine Girard de Saint Amant (juste ça) écrivait :

Le paresseux – 1631 :

Accablé de paresse et de mélancolie,
Je rêve dans un lit où je suis fagoté,
Comme un lièvre sans os qui dort dans un pâté,
Ou comme un Don Quichotte en sa morne folie.

Là, sans me soucier des guerres d’Italie,
Du comte Palatin, ni de sa royauté,
Je consacre un bel hymne à cette oisiveté
Où mon âme en langueur est comme ensevelie.

Je trouve ce plaisir si doux et si charmant,
Que je crois que les biens me viendront en dormant,
Puisque je vois déjà s’en enfler ma bedaine,

Et hais tant le travail, que, les yeux entrouverts,
Une main hors des draps, cher Baudoin, à peine
Ai-je pu me résoudre à t’écrire ces vers.

Pour compléter cette série de billet sonores qui se conclu aujourd’hui par celui ci, j’aurais bien mis à l’honneur « Nous » d’Alexis HK, mais point de clip, pas même la moindre petite chose qui s’en rapproche.

Pour compléter cette série, j’aurais bien mis à l’honneur « Poil dans la main » d’Higelin, mais là encore point de vidio :

Bien-sûr, Thomas Fersen nous quitte sur les deux pieds qui lui restent. Il a une belle cafetière Thomas.

Vous pouvez retrouver Juliette ici, qui nous a fait une belle éloge du non faire aussi.

Et pour conclure ce billet voici quelques lignes (soit disant signées Nicolas S.) qui apportent la contradiction :

« Le paresseux veut avoir de quoi vivre, et ne veut pas travailler ; ainsi il demeure dans l’indigence : mais l’âme de ceux qui travaillent s’engraissera, et sera comblée de biens. »
Citation de la Bible ; Livre des proverbes, XIII, 4 – IVe s. av. J.-C.

C’est Antoine Molinero et Vincent DeuxOreillesCestMal qui illustrent ce billet avec talent.

Ex’Pau – Picasso Arte y Arena

Comment écrire un truc alors que je suis tout impressionné ! Il fait quand même parti des pointures le garçon. Alors, je vais vous dire, certaines choses me fascine chez lui alors que d’autres me laissent insensible et que quelques une me révulsent (Banderilla). Voilà, vous savez tout. Ah, si, je me suis aussi fait cette remarque : certaines « études » sont à priori destinées à rien du tout si ce n’est être des études, et deviennent finalement, à postériori, des œuvres à part entière et surtout des clefs, éléments majeurs de la compréhension du cheminement de l’artiste.

Comme c’est le jour idéal, j’ajoute, pour ceux qui ne la connaitraient pas cette petite anecdote via Le blog d’une mamie :

Un jour, à la fin d’un dîner au restaurant, le directeur des lieux lui annonce qu’il est son invité, puis lui demande respectueusement de faire un dessin sur le coin de la nappe. Picasso habitué à ces sollicitations s’exécute.
Un peu déçu, le restaurateur fait alors remarquer qu’il n’a pas signé son œuvre. « Et là! s’écrie le génie de la peinture, je paie mon repas, je n’achète pas le restaurant ».

Ex’Pau – Guénolée Carrel

Guen au chocolat !

Une première sur LesBlogsCestMal ! On annonce une expo (c’est à la fin du billet que ça se passe, en attendant, un peu de baratin). Guénolée Carrel exposait au Sachabar. Exposait oui, je suis un peu à la bourre. Mais, on se fout un peu de toutes ces considérations. Alors, passons à l’essentiel, le travail de l’artiste. La série présentée est nommée « Musique » juste parce que les toiles ont toutes été faites sous l’emprise de la musique. Et pas du tout comme certains de vos esprits tordus et épris d’éthymologie pensaient, a savoir qu’elles avaient toutes été inspirées par une muse. Muse-ique qui vient de la muse… Sous l’emprise de la musique, dans le cas présent, ça veut dire sur scène, avec de vrais musiciens, de vrais instruments et, m’a t-on dit un vrai public. Sans cet éclairage, il est vrai que je n’aurai pas apprécié les choses à leur juste valeur. Mais une fois la lumière de l’explication projetée sur la série de toiles, le lien saute aux yeux.

Pour revoir tout ça, Lire la suite »

Ex’Pau – Michèle Mondeilh

Je n’ai pas grand chose à dire sur ces sculptures. Elles ont en elles la force de l’expression. Il n’y a pas un pouce de vent, pourtant le boubou du touareg est porté par quelque chose. Un peu plus loin, d’un fil de fer nait une silhouette qui vous fait aussitôt oublier l’invitation à danser faite un peu plus tôt. Quelle force, mais quelle force ! -Et d’où ça sort tout ça hein, c’est quoi sa matière première à la dame ?
- De la tôle, de la tôle, vieille, de la tôle récupérée en déchèterie, colorée par la rouille. Pareil vous y reconnaitrez la porte de votre vieux frigo, l’aile de votre voiture ou je ne sais trop quel autre truc vous avez bien pu jeter.

Ne vous fiez surtout pas à la photo que j’ai choisie pour illustrer ce billet, pour vous décider à aller voir. C’est à mes yeux la surprise de cette expo.

C’est à la La Commanderie tout comme les toiles de Bernadette Charpentier.

Ex’Pau – Bernadette Charpentier

Elle explore le ton sur ton dans un voyage qui la conduit d’une traversée des bleus les plus profonds aux tons rouges ocres des sables sur lesquels, infatigables, les touaregs et leur dromadaires voguent depuis l’aube des temps. De ses constructions façon empilement de serviettes émerge des angles et des contours qui ne sont pas sans rappeler les presques angles des pierres de taille de le salle de La Commanderie.

Dans ce cadre harmonieux, où la pierre  Lire la suite »

Escout en fête

Vous comprenez bien que c’est immanquable comme photo, en tout cas, c’est ce que je me suis dit en passant devant ! Et, je suis aussi certain d’être le premier à la publier. :)

Jacques Roux habille le Show Case

Jacques Roux investit donc le Show case (une fois le titre lu, ce n’est plus vraiment une surprise) et en pare les murs de compostions colorées. A vrai dire, je n’ai pas vraiment trouvé de charme à cette série. Passée la première surprise de  son usage de la couleur, le soufflet est retombé. Du coup, ça m’a laissé un peu de temps et, je me suis lancé dans une petite, je dis bien petite, rétrospective de ces dernières expositions et il en résulte que le glauque, le triste, le morbide, le sombre, l’inquiétant, le déprimant ne sont pas trop à l’honneur, parfois, une toile par ci par là, mais pas une vraie mise à l’honneur.

Un peu de plus de diversité, ne serait pas pour me déplaire. Sinon, je peux bien-sûr regarder le JT un peu plus souvent,  pour le glauque, ils maitrisent, mais je n’aime pas les soins palliatifs et le ressort  qu’ils utilisent est toujours le même, ça manque aussi de diversité !

J’ai pris une photo de détail d’un tableau pour illustrer le billet. Vous pourrez trouver quelques portraits ici.

Pierre Bastien – Mécanologie

Il n’y a parfois rien à dire, juste à regarder, à écouter. Prendre le temps nécessaire à se rendre compte, que  là, vit la poésie, là, dans le soulèvement du couvercle de la théière, là dans le verre d’eau, là dans le bruit soyeux de l’ouverture des ciseaux, là, là, là. Juste sous vos yeux,même si c’est votre ouïe qui titillant votre curiosité a guidé vos pas…

Pierre Bastien présentait à la maison de l’étudiant ses machines musicales. Mécanologie !

Ex’Pau – Hugo RUALES HUALCA -> Féérique !


Il expose aussi dans le cadre du festival culture América au palais Beaumont. Ces quelques civilités posées, sachez que j’ai trouvé dans son dessin, une chose curieuse. Bon nombre de ses personnages, même les mises en scènes, pourraient faire peur, mais ce n’est jamais le cas. Pourtant, tout est là pour faire régner l’angoisse et c’est de la joie de vivre qui s’épanche de toutes ses toiles. Étrangement, je n’ai pas pu m’empêcher de corréler le sentiment qui m’anime au sujet de cette expo, aux fêtes que font les mexicains pour « dia de los muertos ».

Ex’Pau – Patricia SICARDI

Aujourd’hui, c’est philo, l’art doit il être universel ?

Ce qui est sûr, Lire la suite »

Ex’Pau – Françoise Bolloré

Françoise Bolloré expose à la CCI une série  de toiles dont certaines ont été baptisées au grès de termes piochés dans un dictionnaire qui n’est pas édité.

L’art contemporain quand il fait dans le figuratif me plait toujours plus. J’aime, comme lorsque je regarde les nuages, trouver des formes improbables mais tellement présentes. Ainsi, sans effort, sans stupéfiant, on découvre un escargot marin se délectant d’une salade de fruits qui serait servie dans une coupe formée de masques vénitiens et du coup, on est stupéfait ! Mais là, n’est pas le vrai intérêt  du travail exposé. Elle n’a pas son pareil pour focaliser l’attention sur un détail d’une netteté incroyable et noyer le reste dans un flou apaisant, comme pour lover l’œil du visiteur dans un confortable fauteuil afin qu’il en profite pleinement. Vive les effets de matière !

Les détails de l’expo sur Lire la suite »

Ex’Pau – Michèle Dubosc en mode primaire


Il n’y a pas si longtemps, madame la baronne me disait : « Monsieur, si vous ne l’aimez pas aujourd’hui, vous ne l’aimerez pas plus demain. Ce n’est simplement pas pour vous ». Voyez-vous, j’aime à penser que les choses changent, que rien n’est immuable, mais en pareil cas, l’expérience montre bien que l’affirmation est fondée. Les épinards en béchamel me font encore horreur et je ne trouve toujours pas de charme aux poèmes de Rimbaud.

Du bleu, du rouge et du jaune, pour décliner des monochromes avec pour variation un relief, qu’un maniaque de la tectonique des plaques comparerait à une dorsale. Il y a des moments comme celui-ci où je me demande comment un artiste en est arrivé là, qu’a t-il fait avant ? Que fait il en ce moment ?
Lire la suite »

Ex’Pau – Alexandra Delmas Corps et âmes


Bonjour bonjour, la peinture d’Alex (on n’est pas intime mais je fais comme si… LintimitéCestMal !) est bercée par des influences variées. D’une touche d’abstrait elle sait ôter l’obscénité d’un dessin pour n’en laisser s’échapper que la sensualité. Ailleurs, dans le vague d’une composition, l’explicit origine du monde est figurée par une pièce métallique. J’ai adoré trouvé dans « hallucination » une évocation du cri empreint d’art africain.

Sa maitrise de ces techniques mixtes, transpire de l’ensemble des œuvres exposées pour éclairer la galerie d’un art abouti. Abouti parce que mûr et subtil, abouti parce que léger et puissant.
Lire la suite »

Ex’Pau – Leberloa Punk’s not dead

Leberloa, dans les studios d’Ampli, nous sort une série de toiles qui sentent bon le punk des année 80-90. C’est Punk dans tous les coins, du rose du noir. Pas une crête, pas une valstar, pas un harrington, mais on sent au travers du graphisme que tout ça à bien inspirer le plasticien.

Faute d’image, mais avec le souci de rester dans les tons, je vous mets une keupone avec un peu de rose et un peu de noir sur Lire la suite »

Ex’Pau – David Ferreira et ses couleurs

La commanderie à Lacommande a commandé, comment dire, une complète collection de toiles au peintre contemporain David Ferreira. Comme à son habitude LesBlogscestMal est allé contempler tout ça pour vous faire un concis « compte-rendu » ai-je envie de dire.

Des couleurs, des couleurs, des couleurs et des textures ! Des tons acidulés, des effets métalliques, des ronds, des carrés, de la géométrie jamais pesante. C’est moderne, mais pas trop et la salle est superbe. J’aurai tout dit qu’une fois mentionnée la collaboration harmonieuse des toiles de David et des sculptures de Jean-Marc Martinez.

Comme je ne suis pas à une contradiction près, je vous ai mis une photo d’une toile basse en couleur…

Florence and the machine ou quelqu’autre

Un billet qui me démange depuis un bon moment. Il rompt un peu avec le cycle – je sais, il faut que je me sèvre d’ARTE – en cours sur la paresse ou le rien foutage (pour ceux qui préfèrent les mots qui n’existent pas encore).
Il n’y a qu’à l’écouter. Perso je suis fan.
Internet c’est bien, mais il n’y a jamais une vidéo avec un son correct. Je vous met celle-ci, qui à mon avis donne bien la mesure de ce que j’aime chez Florence & xxx .


Florence & The Machine – Dog Days Are Over (Acoustic)
envoyé par Henrietta-Aime-Fumer_Tv. – Clip, interview et concert.

Et celle ci qui est facile à regarder pour vos petits yeux fatigués. ( Lire la suite »

Qques photos
Truc rouche et noarBochicosCox&puceronsAraignéeAbeilleNuancier de vert
A voir aussi