Archive pour octobre 2011

Ex’Pau – Francis Clertan

T’as démoulé aujourd’hui ? Francis Clertan, oui ! Et lui, il n’en a pas fait un colossal, ni même un impérial. Il a simplement coulé un p’tit bronze, une petite pièce artisanale, pas bien finie, biscornue par endroits, avec des trous dans le buste et un visage aux traits fins. Des imperfections qui donnent, pour première impression, que ses bronzes sont très anciens et qu’ils ont été déterrés, issus de fouilles. Pourtant, il n’en est rien.

 

Te souviens-tu aussi ?  Je tentais de t’expliquer il y a peu la différence entre une terre cuite et un pot de fleur. Lire la suite »

Deux trois choses en passant

Oui, deux trois choses que j’ai oublié de te dire. Pas grand chose en fait, mais quand même deux d’entre elles méritent le petit mot duquel je suis en train de me fendre. Tout d’abord, je suis allé voir trois expos, tellement insipides qu’il y avait même pas matière pour en dire du mal. Alors, en garçon élégant, je n’ai rien dit. Par contre, je suis passé, et c’était il y a un bon moment à la libraire Bachi-Bouzouk où  Alexis Horellou proposait un voyage peint au cœur des vignettes de sa dernière BD. J’en ai bien sur oublié le titre, mais en matière de talent de dessinateur, le garçon tient sa place et j’ai passé un moment agréable à me perdre dans les détails de ses scènes. Puis, au rayon des bonnes surprises, il y eut la « Castle galeries » de Manchester, où Alex Echo exposait quelques toiles. Certaines représentaient des paysages marins, couchers de soleil, petite houle… Tu peux penser que ça sent le cliché à plein nez, mais attends la suite. La technique qu’il utilise est simplement incroyable, c’est une sorte d’impressionnisme mais au lieu de touches de peinture, il, il, il fait un truc que je suis incapable de décrire. J’imagine qu’il met plusieurs couches de peintures différentes sur sa toile, puis, qu’avec une aiguille, il fait de légers mouvements circulaires, comme s’il faisait des motifs style « paisley » sur toute sa toile. Le tout donne un rendu incroyable. L’eau à un volume presque vivant, la lumière du soleil couchant ondule sur la crête des vagues, comme dans la vraie vie un soir sur l’eau calme d’un port. Je ne sais pas pourquoi, mais il couvre ses toiles d’un épais verni brillant qui nécessite un éclairage impeccable.

ça change !!! Photo !

Qques photos
Truc rouche et noarBochicosCox&puceronsAraignéeAbeilleNuancier de vert
A voir aussi