Archive pour octobre 2010

Ex’Pau – Mona Roussette

Des toiles peintes entre le 30 et le 35 janvier, vous vous rendez compte ? Il y en a même peintes entre le 45 et le 38 de février 2010… Lire la suite »

Ex’Pau – Cinq artistes au château !


- Des pots de fleurs ?

- Non, des terres cuites !

-Des pots de fleurs quoi !

-Noon, des t-e-r-r-e-s  c-u-i-t-e-s.

-Mouais des pots fleurs…

-En fait, ce sont des grès !

-Des pots de fleurs en grès ?

-Si tu veux, des pots de fleurs, des pots de fleurs avec lesquels tu ne feras jamais rien pousser. Si ! Tu y feras pousser ton goût pour la fragilité qu’ils dégagent, ton goût pour cette patine si particulière, si soyeuse, ton goût pour ces formes si vraies, si naturelles. De toute façon, Bertrand Garimbay fait ça avec amour et passion et ça se voit. Tu n’as qu’à l’écouter parler du craquement des émaux lorsqu’ils sortent du four pour comprendre. Puis, même, sans explication, je ne sais pas moi, ça se voit. Par contre, là bas, un peu plus loin, vers le fond, oui, là, à droite, tu vois ces toiles, pas vraiment lumineuses, pas vraiment ternes non plus. Elles sont faites par Françoise Peytier. Le style de cette tour Eiffel ! Comme dessinée par un enfant qui aurait l’assurance d’un adulte, ben, je trouve ça curieux. Tout aussi curieux que ces pièces de décoration présentées comme sculptures. Regarde, la coupe à fruit, elle est faite en bois bicolore, une tranche claire, une tranche foncée, une claire, une foncée, une sorte de lamé-lé collé, on dirait une adaptation du petit sceau Ikéa dans lequel tu as mis ta fleur de douche dans la salle de bain. Tiens, il utilise la même technique pour ce pied de lampe. Il me semblait que même les boutiques déco avaient évacué ce style. Ici, tu es dans le repère de Marcel Tambourin. Et là, tout au fond, tu vois ces corps tout en nuance de gris sur fond pourpre ? Elles sont réalisées par Sonia Metge. Les femmes nues peintes Lire la suite »

Ex’pau – Pas de Pau, ni d’expo…

Raté ! Il y a des jours comme ça, où tout ne va pas. Tu t’aventures dans la vie des expositions Paloises avec en tête des repères qui te semblent solides et fiables, et patafra. C’est l’échec. Tu te dis, c’est septembre, la vie a  repris le cours qu’on lui connait en septembre, et pim, dans tes dents. Tu te heurtes à l’inattendu, à la surprise d’avoir été pris en défaut par tes naïves représentations. Sans t’être documenté au préalable, tu montes les marches – Y a t-il une seule salle d’expo dont l’accès est sans escalier ? – donc, tu gravis les escaliers du Palais Beaumont ou de la galerie Révol, (des valeurs sûres en matière d’expo dans le coin) avec espoir de découvrir un truc, avec espoir de faire une rencontre intérieure, ne serait-ce que d’être horripilé par un auteur auquel tu n’es pas sensible, ou complètement abasourdi au contraire par un génie moderne capable de transformer un trait jaune en demi lune sur une toile en banane en travers de ta figure. Bref, me voilà parti à l’aventure comme on peut errer de bar en bar à la recherche de la prochaine surprise, du prochain bon moment, à la recherche d’un peu de matière pour ce billet, à la recherche de quelque sensation nouvelle à vous faire partager. Et qu’ai-je trouvé dans ma quête ? Mon errance s’est heurtée à l’actualité. Lire la suite »

Qques photos
Truc rouche et noarBochicosCox&puceronsAraignéeAbeilleNuancier de vert
A voir aussi